Article un peu différent puisqu'il regroupe mes deux voyages en famille au Brésil.
J'ai du mal à imaginer la situation dans laquelle le pays peut être aujourd'hui, ces souvenirs datent de 2006 et 2011. 

Nos parcours :
São Paulo > Embu > Imbassai > Salvador de Bahia > Paraty > Ubatuba > São Paulo
São Paulo > Recife > Olinda > Porto de Galinhas > Praia dos Carneiros > São Paulo

 

A noter : pour visiter la côte Est, il nous a juste été nécessaire de faire le vaccin contre la fièvre jaune.
En avançant plus dans les terres, d'autres sont surement conseillés.

São Paulo
La sécurité des résidences de São Paulo

São Paulo, ses périphériques bondés et immenses ( plus de 8 voies ), ses ruelles impraticables, la poussière et les arbres qui dévorent les trottoirs. Point de ralliement de nos "expéditions", nous l'avons finalement peu parcouru.

La ville s'étend sur plus de cinq fois Paris et sa banlieue. En fonction des quartiers les paysages n'ont rien à voir, allant du plus riches à la sécurité quasi militaire au plus pauvre à peine quelques bouts de taule. Les policiers lourdement armés portent gilet par balles et fusils. Mais malgré une tension palpable, São Paulo offre de petits coins de découverte aux touristes avertis.

A voir :

  • la Galería do Rock, un centre commercial aux ambiances de Camden Town dédié au rock, tatouage et esprit métal ( petit plus la boutique de Jon Matsui )
  • Embu, petite ville de créateurs et brocanteurs en périphérie de São Paulo ( le bon plan pour trouver des souvenirs et de beaux meubles )  
  • le Mémorial de l'Amérique latine ( Petit musée très riche sur la diversité artistique des cultures du pays )
  • La basilique Nossa Senhora da Conceição Aparecida
  • Le jardin Botanique
Olinda

Dépassant Recife, urbaine et peu pittoresque ( sa plage aux pieds des building en béton reste interdite à la baignade à cause des requins ), nous poserons nos valises à Olinda. Plus résidentielle, elle est réputée pour ses maisons d'artistes, ses ruelles colorées et son graphisme de rue.

A découvrir :

  • le Pernambuco Craft Center
  • l'avenue Boa Viagem ( bon voyage ) et ses boutiques artisanales qui longent la plage 
  • le marché local Mercado São Jose ( de plus en plus envahit de touriste il reste un nerf important de la cité )
  • Entrer dans les églises ! - gratuites pour certaines sinon allant jusqu'à 3 pesos
  • Le Street art qui fourmille un peu partout : sois à l’affût ^^

Tout comme en France, chaque région ici a sa spécialité et ce qui marque l'arrière-pays du Pernambuco ( le Nord Est ), est l'énorme influence visuelle de la littérature de Cordel qui désigne, au Brésil, un mode d’autoédition de poésies populaires sous forme de fascicules appelés folhetos. Si le style t'intéresse, vas voir les travaux de J.Borges "Arte popular do sertão de Pernambuco".

Graphisme : Arbos & Derlon Almeida, inspiré de l'Arte Pobre de sertão de Pernambuco

A quelques kilomètres au Sud de Recife en suivant la côte : Porto de Galinhas.
Une petite ville étendue et assez touristique. Elle est notamment renommée pour ses plages et sa faune.

A faire : 

  • les plages, ça tombe sous le sens ^^
  • les piscines naturelles sur les récifs, de nombreux poissons s'y retrouvent coincés à marée basse 
  • le Feira de Artesanato, le marchés aux puces de rue
  • trouver toutes les poulettes !! Pour faire honneur à son nom, la ville est habitée d'innombrables gallinacés ornant le parvis des boutiques et échoppes. De la poste au moindre coiffeur : chacun sa poule ! Sauras-tu toutes les dénicher 🙂 ? Historiquement, les poules étaient le nom de code pour désigner les esclaves qui transitaient par le port ...
  • la côte sauvage ( le front de mer s'étend à l'infini sur de nombreuses plages et criques magnifiques )
Les devantures de chaque boutiques 🙂
Saumon chutney aux fruits, miam !
Rassurant ....
Les cabines téléphoniques de Porto de Galinhas ^^

Je me souviens des plages où comme par magie apparaissaient monts et merveilles.
Assis sur ta serviette, se bousculaient devant toi les marchants agrégés, carte autour du cou pour l'attester. Il suffisait d'attendre, la procession apportait nourriture, apéritifs, fruits, crustacés, bijoux et autres créations artisanales.

Pareil dans les boutiques, non pas un vendeur mais quatre. L'un te conseille, l'autre prend ta commande la passant au suivant qui encaisse et laisse le dernier te servir. Il n'y a pas de petit travail. Il n'y a pas de mendicité non plus. Pas sous le même visage qu'en France en tout cas. Privilège de touristes que de pouvoir le constater.

Attendre la barque du passeur, pour le temps d'une journée se prélasser à Praia dos carneiros. Littéralement "la plage aux moutons" .... De là à en déduire la nature des touristes qui s'y amasse à l'abri du soleil, il n'y a qu'un pas ^^

Mais je ne dirai pas le contraire : c'était le pied !!! Et comme nous étions à priori hors-saison pour le coin : la plage et la piscine ( oui hein des fois qu'on aime pas l'iode ) nous était quasiment réservée. Une journée à l'abri du temps et du monde. 

Argile marin pour une peau douce !!
Noix de coco pour la faim ^^
La plage est accessible en bateau, en longeant la mangrove
Piscine face à la mer, des fois que le sel dérange
la bière locale

A lire sur 
la route

  • L’Alchimiste - Paulo Coelho
  • Gabriela , Girofla et Canelle - Jorge Amado
  • Tocaïa grande - Jorge Amado
Réserve biologique de Saltinho
Fort Santo Inacio du XVII, Tamandaré (à priori construit pour se défendre des hollandais)

De notre premier périple en 2006, je ne garde que quelques souvenirs bien difficiles à remettre en ordre.
Nous étions partis de nuit en 4x4 de São Paulo pour rejoindre les plages paradisiaques de Bahia. Les terres qui s'étendaient le long de la route rouge alternaient entre champs de canne à sucre et friches à l'abandon. Certaines criques nous accueillirent même avec des nuées de vautours. Littéralement, des vautours. Les plages se méritent !

Parc de préservation de la faune aquatique

Nous avions posé nos valises à Imbassai proche de la Praia do Forte.
Une pusada ( sorte de B&B ) et sa piscine en prime, gros contraste avec l'insalubrité et la pauvreté du village avoisinant.

A voir sur la plage, le Project TAMAR : un mini musée aquarium luttant pour la protection des tortues et autres espèces protégées

Imbassaï
Ixora coccinea
Callithrix jacchus - aussi appelé Ouistiti sagouin

Suivant la côte, notre voyage nous entraîna de Salvador à Paraty pour un trajet haut en couleur dans les anciennes rues coloniales.

Paraty
Paraty

Nos dernières heures brésiliennes furent face à la mer, sur la côte d'Ubatuba avant de reprendre l'avion.

Pour aller plus loin lors d'un prochain voyage je note sur ma liste :

  • Lençois maranhenses o deserto das aguas, un désert de dunes blanches accueillant des piscines naturelles ( partir de San Louis en voiture pour les découvrir )
  • Porto de Pedras, pour observer les lamentins
  • la forêt amazonienne 🙂 !!
  • les chutes d'Iguaçu inscrites au patrimoine mondial par l'UNESCO