Bien loin de la capitale chinoise tonitruante, me voici rendue au Mont Emei à plusieurs heures de voiture de Chengdu, point fort de la région du Sichuan. Le soleil cogne toujours aussi fort et l'humidité bat son plein. Nous sommes en septembre et il fait encore environ 35 degrés pour 80% d'humidité.

Partis tôt pour éviter les bouchons, j'arrive avec mon guide avant les cars de touristes. Nous couperons les files pour sans attendre prendre le bateau. Notre rendez-vous : le plus grand bouddha du monde, le bouddha de Leshan. Comme nombres de lieux en Chine, il est inscrit au patrimoine de l'Unesco.

Comme beaucoup d'endroit en Chine, un guide est conseillé pour une meilleurs appréhension des lieux et de la culture car encore peu de choses sont traduites en anglais.

Rive Est de la rivière Min

La croisière dure une demi heure, le temps de passer une première fois devant le grand bouddha puis de revenir stagner face à son imposante carrure pour un mitraillage photographique en règle. Haut de 71 mètres, assis face à la rivière, il surplombe la vallée. Seul le fourmillement incessant des visiteurs randonnant la paroi qui l'entoure nous donne l'échelle. L’œil n'y croit pas.

Pour la petite histoire, il aurait été commandité par un moine afin de protéger les pêcheurs des tourments du démon habitant la rivière (car ici se rejoignent trois fleuves). Ce moine ne verra son bouddha qu'achevé jusqu'au tronc, le reste du corps, lui, sera finis plusieurs dizaines d'années plus tard par deux autres personnes.

Si l'on regarde l'horizon de la montagne, le bouddha est assis au niveau du cœur d'une silhouette de bouddha allongé formé par les roches.

Dans les
oreilles

Bouddha de Leshan

Préférant éviter le cagnard et le flux de visiteurs, nous n'irons pas sur le chemin le long de la statue mais juste derrière, un peu plus haut dans la montagne : au parc du Bouddha oriental. Ouvert depuis tout juste vingt ans au public, il reste complètement éclipsé par le bouddha géant et donc peu connu. Et pourtant !

Passé le pont, endormi sous le couvert des arbres, un autre immense bouddha de plus de 150 mètres nous accueille. Il précède une série de grottes remplies de statues incroyables et parfaitement préservées. J'apprendrais que les danseuses qui nous entraînent vers ces caves sont des Apsaras, sorte de nymphes, guidant vers le paradis. Nous les suivrons vers la maison des Asthras (moines ayant fait leur ascension). Partout la roche rouge, gorgée de manganèse, la mousse verte chatoyante et le silence ( chose plutôt rare ici ^^ ).

Premier pont après l'entrée du parc du Bouddha oriental. Scrute à travers le couvert des arbres ^^
La première grotte présente des sculptures plutôt indiennes et tantriques.

Sculpture après sculpture, je découvre les nuances de la religion bouddhiste. Ses représentants, ses détails surprenants, comme le fait que la fleur de lotus soit le symbole du bouddha car elle prend racine dans la boue pour monter vers le ciel en purifiant l'eau. Tout un voyage métaphorique.

Je tique par contre sur l'apparition d'une "lady bouddha" propre à la Chine. Durant le règne des empereurs les femme non mariés n'avait pas le droit de quitter le foyer, elles devaient donc prier Bouddha chez elles. Cependant leur demeure était un lieu ou elles pouvaient se laver et être nues.... ce qui n'était pas concevable. Une femme bouddha a donc été introduite afin de respecter les bonnes mœurs de l'époque. Sorte de vierge Marie elle deviendra un symbole fort pour les classes les plus pauvres, représentant la madone toujours à l'écoute de son prochain et veillant sur les foyers.

Caché dans les sous-sols, il s'élève quand même à 33 mètres
Dernier géant de la visite, 41 mètres sous un toit de lumière

1001 contes et légendes dans ces visages de pierre. Des reines, des moines, des princesses volontaires ( prêtent à donner leurs mains et leurs yeux pour sauver leur famille ) et des guerriers féroces. Le lieu abrite aussi deux immenses bouddhas de presque 40 mètres parfaitement préservés.

A extérieurs, sous les toits boisés l'on aperçoit aussi les sculptures qui ont servi de brouillon au bouddha géant de Leshan. Les artistes avaient été invités de tout le pays pour venir proposer leur version.

Après les grottes, nous irons au temple de Baoguo. Fait insolite, j'y découvre que le mont Emei ainsi que ce temple sont dédiés au bouddha à l'éléphant aux six défenses (je n'ai pas retenu son nom dans le panthéon ) qui, en se basant sur les dates de naissance, est de fait mon bouddha. Le gardien du comportement, des six sens et de la famille.

Les environs aux alentours du temples ne présentent que peu d'intérets mais on y trouve de quoi faire ses courses ainsi que quelques mini musées gratuits ( mais non traduits ).

Nous partirons à 8h le lendemain matin pour une randonnée au mont Emei. Nous monterons par le téléphérique, le reste sera uniquement de la descente : ouf car je ne compte plus le nombre de marches jusqu'au Temple des 10 000 ans. Lieu saint tibétain abritant une statue ancienne du bouddha à l'éléphant (modèle qui servira à ériger l'immense statue dorée culminant en haut du mont).

Dans les
oreilles

Liu Fang – Chinese Traditional Pipa Music – The Dance of the Yi People

Nous descendrons ensuite dans les bois par le sentier. Pas de singes à l'horizon bien qu'on soit sur leur territoire, dommage. Les nuages pointent à travers les cimes. Nous feront un détour par la nonnerie de White Dragon Cleef qui fut la maison de l’héroïne de Wu Sia ( kung fu ) : White Snake. Pour les amateurs de films chinois, plusieurs titres comme "The White Dragon" ou plus récemment "The sorceress and the white snake" se sont inspirés de sa légende.

Toujours en descendant nous croiserons des représentants de la minorité Yi bardés de longues robes rouges et or, et quelques mètres plus bas, la vue entre les cascades du kiosque Niuxin. Le nuage de brouillard annonçant la pluie commence à apparaître. Nous ne resterons pas beaucoup plus.

Les conditions météorologique jouent énormément dans les montagnes. La chape de nuage recouvre la montagne quasiment tous les jours et il vaut mieux se renseigner avant de choisir sont itinéraire. Je ne pourrais pas aller au sommet pour des raisons de temps mais la vues aurait surement été complètement couverte. Sois à l’affût.

La montagne possède de nombreux temples et points de vues magnifiques. Un guide est une aide précieuse mais pour les plus aventurier mieux vaut savoir lire le chinois.

A voir entre autres :

  • Parc Oriental Buddha Capital - entrée 80 yuans
  • Croisière au pied du Bouddha de Leshan - tarif 70 yuans
  • Temple Baoguo - entrée 8 yuans
  • Parc Emeishan - entrée 180 yuans / valable 4 jours
  • Temple de Fuhu - entrée 10 yuans
  • Temple de Wannian - entrée 10 yuans
  • Téléphérique Wannian de 6:40 - 18:00 - tarif 65 yuans (monter), 45 yuans (descente)
  • Spectacle au centre des arts de la scène d'Emeishan - tarif placement milieu 280 yuans

La région du Sichuan est célèbre pour son opéra et notamment pour le spectacle de No ou Face changing ( Bian lian ). Si tu en as l'occasion vas y sans hésiter. Malgré la musique un peu agressive, les danses de Kung Fu sont impressionnantes et fun pour la plus part des mises en scène mais le No est vraiment magique ! Les acteurs deviennent ici prestidigitateurs.
Un exemple de cet art :  vidéo ici 🙂

18h, direction le hot pot ! On m'installe à la table d'inconnus pour partager ce qui semble être un buffet à faire bouillir dans deux cuves d'eau bouillante, l'une pimentée l'autre non. Le principe est simple, tous les aliments sont à disposition, il suffit de tout faire bouillir et c'est chacun comme il veut. Délicieux ! Pour accompagner on me distribue même des gâteaux de riz enroulés dans de la feuille de lotus. Heureusement que ma voisine parlait anglais. Elle et sa mère m'ont guidée pendant tout le repas pour apprécier comme il se doit le moment. Merci !

Ventre plein, il est temps d'aller au théâtre pour un spectacle haut en couleurs. Je m'attendais à de l'art de rue, j'aurais du Broadway.

Zuan et Kuan Alley

Nous rentrerons en voiture vers Chengdu où je n'aurais qu'une journée et demi pour découvrir les alentours avant ma prochaine destination.
Bien que mon passage soit éclair, la ville regorge d'endroits magnifiques.

Ce que j'en ai retenu :

  • Musée du Sichuan
  • Académie du Brocart Shu ( musée et marché d'artisanat de broderie et brocard ayant fait la renommée de la route de la soie)
  • Wuhou temple - 60 entrée yuans
  • Marcher le long des boutiques spécialisées pour les moines sur Wuhouci Cross Street ( statues, breloques, brocards et fils orange !! )
  • Parcourir les allées de Jin Li Street pour trouver des souvenirs où de nouvelles dégustations.
  • Aller se poser au salon de thé de People park
  • Tianfu square
  • Zuan et Kuan Alley ( un bain de foule parmi de somptueuses boutiques et bâtiments anciens )
  • Temple taoiste de Qingyang
  • Chu Xi Street food
  • Monastère de Whenshu
Les deux rues principales sont connectées, aventure-toi dans les méandres des boutiques !

Bien que peu férue de Panda je ferais tout de même un passage au centre de recherche de Chengdu, un, si ce n'est le plus grand, centre de préservation des pandas.
Sous la chaleur la visite sera assez décevante car à cause du réchauffement de la région les pauvres panda déjà peu enclin à la survie ne sont littéralement plus en mesure de supporter la chaleur ambiante. Même avec la climatisation et d'énorme pain de glace en guise d'oreillers, ils ne bougent pas d'un pouce, attendant qu'on vienne les servir.

La foule n'aide pas. On y voit à peine à travers la vitre embuée du passage incessant. Même topo à la nursery, la sécurité fait place nette, je n'aurais qu'une minute pour prendre ma photo après il faudra avancer. Une usine....

Heureusement qu'il y a aussi des pandas roux pour faire l'animation !

Jardins du temple Wuhou
Jin Li Street